Le Parisien - 8 Avril 2020 - GB Consulting
23453
post-template-default,single,single-post,postid-23453,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Le Parisien – 8 Avril 2020

Brétigny-sur-Orge : un préparateur mental apporte son aide à distance aux sportifs confinés

Grâce aux moyens de communication modernes, ce spécialiste peut échanger directement avec les judokas, basketteurs et autres athlètes qu’il assiste en temps normal.

Licenciée au PSG judo et confinée chez elle, Mélanie Vieu apprécie la méthode de Grégory Boulicaut, son préparateur mental. DR

Par Gérald Moruzzi

Le 7 avril 2020 à 16h42

Pas de longs entraînements dans les salles et terrains de sport, pas de matchs ni de compétitions… Depuis trois semaines et le début de la période de confinement, les sportifs ont beaucoup de temps pour gamberger. Grâce aux moyens de communication modernes, Grégory Boulicaut reste disponible pour les aider dans leurs réflexions.

À la tête du club de judo de Brétigny-sur-Orge, ce professionnel âgé de 47 ans porte aussi la casquette de coach en développement personnel, mais également celle de préparateur mental. Judo, mais aussi basket-ball ou motocross… Ses clients pratiquent un sport souvent à un haut niveau d’exigence et de compétition. « J’aide les athlètes à booster leurs performances, notamment en leur faisant prendre conscience du potentiel qu’ils peuvent avoir », explique en connaisseur ce judoka et marathonien, qui apporte également son expertise à des patrons de PME comme de grandes entreprises.

Membre de l’équipe féminine de Thouars Basket 79 (Deux-Sèvres), Siga Camara a aussi été aidée par Grégory Boulicaut./DR  

« Etre prêt mentalement pour l’après confinement »

« J’accompagne aussi ces sportifs pour qu’ils parviennent à gérer leurs émotions, comme les baisses de motivation ou de confiance qui peuvent apparaître tout au long d’une saison, précise-t-il. C’est aussi vrai pour la période particulière qu’ils vivent actuellement, dont l’impact psychologique n’est pas neutre. Je les aide à être prêt mentalement pour l’après confinement. »

Cet appui, tarifé en fonction du sport, la jeune judokate essonnienne Katie Pelamatti en bénéficie. « La préparation mentale m’a permis plusieurs choses, comme bien fixer mes objectifs, prendre confiance en moi ou savoir gérer mon stress, explique la médaillée de bronze en catégorie juniors lors des derniers Championnats d’Europe en Ecosse. En ce moment, les séances me permettent de réécrire les objectifs sans timing précis, car on ne sait évidemment pas quand cela va reprendre. »

La fin de cette période, voilà ce qu’attend chaque jour Mélanie Vieu, licenciée au PSG judo et vice-championne de France première division catégorie séniors. « J’avais déjà passé quelques semaines sans entraînement avant le début du confinement, à cause d’une entorse de l’épaule, mais là ça commence à faire long », avoue cette cliente de Grégory Boulicaut.

Yoga et méditation comme routine

Soucieuse de garder un bon état de forme pour la suite, la jeune femme continue de se dépenser entre les murs de son foyer. Elle a aussi l’esprit plus au clair, grâce à l’aide apportée par Grégory Boulicaut. « J’ai essayé par curiosité et je dois dire que cela fonctionne bien, confie-t-elle. Je suis désormais plus concentrée, je suis plus dans l’instant présent. »

Inclues dans cette préparation mentale, les séances matinales de yoga et de méditation le soir ponctuent ses journées de confinement. « Je pense que je les garderai comme routine après tout ça », avance la judokate, qui a hâte de retrouver les tatamis.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.